« De Tous Temps Libre ». Cette devise clame toute la fierté et la singularité de Tulette et ses habitants. Oserez-vous pénétrer ses remparts de pierres ?!

Des remparts majestueux

Entre Moyen-Âge, Renaissance et modernité, Tulette a connu de nombreuses modifications au fil des siècles dont subsistent encore des vestiges. Les remparts de la ville, aujourd’hui restaurés, enserrent les âges pour le plus grand plaisir des visiteurs.

La Vigne et le Vin

La Vallée du Rhône dissimule des trésors cachés dont les vignobles de Tulette. Terre de vignobles par excellence, c’est l’endroit idéal pour découvrir de nombreux domaines viticoles, admirer les paysages façonnés par la viticulture et déguster des crus fins, équilibrés et généreux en alcool. Vous y trouverez des cépages à dominante rouge, le Grenache noir occupant une place prépondérante.

Des chefs-d’œuvre architecturaux tulettiens

Tulette conserve certains vestiges majestueux du XIème, XIIème et du XIIIème siècle, mais aussi de l’an mille ! Ces édifices vous replongeront dans l’Histoire du village et vous dévoileront peut-être tous leurs secrets…

La roue à aubes

Mise en place au 20ème siècle, elle est la dernière d’une série de plus de vingt. Elle a été mise en place, puis mise en valeur par l’Association « Regard sur Tulette » ainsi que par la municipalité. Elle développe « un cheval et demi» en puissance et actionnait un atelier de tournage sur métaux, pour la fabrication des vis du pressoir.

L’église Saint-Pierre

L’église se dresse tout en haut du village, témoin du passé clunisien de la ville. Le large portail de la cour centrale s’ouvre sur les rues pavées au charme intemporel. Au-dessus de cette porte, subsiste une plaque où se devinent les armoiries des prieurs de Cluny, épée et clefs de Saint-Pierre, mutilées probablement à la Révolution.

Les façades Renaissance

Ces façades étaient bien plus nombreuses dans le Tulette du 16e siècle. Beaucoup de ces trésors d’architecture ont disparu ou ont été dissimulées. En levant la tête au gré des ruelles, certaines maisons dévoilent encore leurs ornements de pierre s’épanouissent toujours et des tourelles d’escaliers en vis dépassent timidement des toitures.

Chapelle Notre Dame du Roure

Un des vitraux du prieuré évoque une légende bien précise : le laboureur et la statue. Ayant trouvé une statue d’une Madonne lorsque les bœufs qui tiraient le sillon s’agenouillèrent à son emplacement, il l’apporta au village. Mais chaque nuit, elle réapparaissait à l’emplacement où il l’avait trouvé. Las de ces tentatives, on décida bientôt d’élever un sanctuaire pour cette magnifique statue sur le terrain choisi par la Madonne.

Précédent

Suze la Rousse